La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

SAINTE ODILE

 

 

Elle est la Sainte Patronne des aveugles et des ophtalmologistes et elle est invoquée pour la délivrance des âmes du Purgatoire.
Sainte Odile est actuellement fêtée le 14 décembre au lieu du 13 initial, pour dissocier sa fête de celle de Sainte Lucie, elle-même Patronne des aveugles

Vie de Sainte Odile

Sainte Odile, ou Odile de Hohenbourg (aujourd’hui le Mont Sainte Odile), voit le jour en 660 à Ehenheim, l’actuelle Obernai, dans le château de son père, le Duc d’Alsace Etichon –Adalric (635 – 690). Sa mère, Bereswinde (635 – 690 ou 700), pieuse et charitable, est la nièce de Saint Léger, évêque d’Autun (615 – 679). Mais à la naissance de  l’enfant, le Duc constate qu’il ne s’agit pas du garçon pouvant assurer sa dynastie, mais d’une fille et de surcroît  aveugle. Furieux, Adalric ordonne qu’elle soit tuée et ainsi il n’en entendra plus jamais parler.

Mais sa mère la confie d’abord à une nourrice pour l’élever secrètement à Scherwiller, puis craignant des indiscrétions, l’envoie au couvent de Palma, aujourd’hui l’abbaye Sainte Odile de Baume-les-Dames, dont l’abbesse était l’une de ses tantes.

Saint Erhard, évêque de Ratisbonne, eut une vision céleste lui ordonnant d’aller au monastère de Palma et d’y baptiser une jeune fille de 13 ans, aveugle de naissance. Saint Erhard, accompagné de Saint Hydulphe, fondateur de l’abbaye de Moyenmoutier se rendit donc à Palma, où dès que la jeune fille fut ointe du Saint Chrême, elle put voir et reçut le nom d’Odile. La racine Odo de ce prénom d’origine germanique signifie richesse et non lumière de Dieu comme il est souvent écrit.

Guérie de sa cécité, Odile put, comme le voulait la Règle de Saint Benoît, se consacrer entièrement aux prières, à l’étude et aux œuvres de charité.

Cependant Huges ou Hugon, un des fils qu’Adalric eut après la naissance malheureuse de sa fille, informé de l’existence de cette sœur, décida de la faire revenir , mais sans en informer son père. A l’arrivée de sa fille, Adalric, furieux de la désobéissance de son fils, le frappa si violemment qu’il en mourut, et pris de remord autorisa sa fille à rester au château de Hohenbourg où elle put consacrer son temps aux prières et aux œuvres de charité envers les pauvres et les malades.

Adalric qui regrettait peu à peu les fureurs de sa vie passée lui demanda de revenir et lui fit don de son château de Hohenbourg pour y créer un couvent dont elle devint la première abbesse. Bientôt sa sœur Roswinde ainsi que d’autres jeunes filles de la noblesse locale vinrent la rejoindre y pratiquant l’étude des Saintes Ecritures, les prières et les soins apportés aux malades et aux pèlerins. Le monastère étant devenu trop petit,  Sainte Odile crée dans la vallée l’abbaye et l’hospice de Niedermunster, évitant ainsi aux malades épuisés de fatigue de monter au sommet de la montagne.

Sainte Odile se consacrait entièrement à son sacerdoce et le bruit de ses miracles attirait de plus en plus les malheureux de la région. Ainsi elle guérit un lépreux en le prenant dans ses bras, elle fit jaillir d’un rocher une eau miraculeuse pour étancher la soif d’un aveugle quiguérit aussi de sa cécité et Saint Jean Baptise lui apparut pour lui indiquer où il voulait que soit construite la chapelle qu’elle lui destinait.

Adalric, après avoir remis le duché à son fils Adalbert, se retira avec sa femme dans ce couvent créé par sa fille. A la mort de son père, Sainte Odile, l’ayant vu dans une vision souffrir dans les flammes du Purgatoire pour expier la dureté de sa vie terrestre, obtint par ses larmes et ses prières l’entrée de son père au Paradis.

Le 13 décembre 720, se sentant mourir, Sainte Odile envoya ses sœurs en religion prier pour elle dans l’église, et lorsqu’elles revinrent, celle-ci semblait morte. Leurs prières la ramenèrent à la vie, et elle put leur dire qu’elle était en compagnie de Sainte Lucie. Un ciboire apparut miraculeusement lui permettant ainsi de communier et de mourir munie de ces Saints Viatiques. Pendant les huit jours qui précédèrent son enterrement, toute la colline fut entourée du parfum délicieux de sa Sainteté y attirant ainsi de nombreux pèlerins.

Le Pape Léon IX (1002 – 1054) la canonisera en 1049 et le Pape Pie XII la nommera en 1946 Sainte Patronne de l’Alsace. Ses reliques se trouvent toujours au Mont Sainte Odile dans un tombeau du XVIIIème siècle abritant un sarcophage du VIIIème siècle.

Charles IV (1316-1378), roi de Bohême, visitant le couvent en 1354 fit ouvrir le sarcophage et prit l’avant bras de la Sainte pour déposer cette relique dans la cathédrale Saint Guy de Prague.