La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

SAINT MAXIMIN-LA-SAINTE-BAUNE 

"La relique la plus prestigieuse de Marie Madeleine, son crâne, a été expertisée en 1971. Il s'agirait d'une femme de type méditerranéen pas très grande et agée d'environ 60 ans"  Basilique de Saint-Maximin ou sont conservées les reliques de Sainte Marie-Madeleine ainsi que son sarcophage et celui de Saint Maximin (Gallimard).

Une partie des reliques de Marie Madeleine, transportées au 11ème siècle en Bourgogne, à Vézelay, a fondé la célèbre Basilique Sainte-Madeleine et ses pèlerinages. Ceux de Saint-Maximin trouvent un regain d'intérêt, au 13ème siècle, avec la découverte de tombeaux perdus de vue pendant les siècles. Celui de Marie-Madeleine est découvert en 1279 par Charles II d’Anjou, le neveu du roi Saint-Louis : l’emplacement lui a été indiqué par la Sainte elle-même !

Anne Catherine Emmerich (1774-1824), mystique stigmatisée dit ceci : « J'ai vu une église bâtie par saint Maximin au-dessus de la grotte. On y conservait des reliques de Madeleine: sa tête, à laquelle il manquait une mâchoire, mais où il restait encore un peu de chair d'un côté, un de ses bras, des cheveux, et une fiole avec de la terre. »

 "La description de la grotte et de ses environs est étonnamment détaillée. La description des reliques de Sainte Marie Madeleine l'est tout-autant. Si le crâne, un lambeau de chair non putréfiée et une mèche de cheveux sont des reliques reconnues, le bras n'est pas mentionné. A-t-il disparu plus tard ?

La Basilique de Saint-Maximin s'honore d’abriter les tombeaux d'autres saints liés, selon Maria Valtorta, à la famille de Béthanie: Suzanne, la jeune épouse de Cana, et une des femmes qui suivaient Jésus[12], Marcelle la servante de Marthe, Sidoine l'aveugle-né[13], et plus loin en Provence, Sara, une des femmes-disciples.