La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

NOTRE DAME DE LA MISERICORDE DE PELLEVOISIN

NOTRE DAME DE LA MISERICORDE DE PELLEVOISINNOTRE DAME DE LA MISERICORDE DE PELLEVOISINVous aussi rédigez votre lettre (vos intentions) pour le jour du pèlerinage que vous porterez lors de la procession à la grotte, aux pieds de la Très Sainte Vierge Marie

En 1875, une jeune femme de 32 ans (couturière au service de la comtesse de La Rochefoucauld1 au château de Montbel), Estelle Faguette (prénom qui signifie étoile) atteinte d’une maladie incurable, écrit, avec un cœur d’enfant et dans une grande confiance, une lettre à la Sainte Vierge : elle lui demande d’intercéder auprès de son divin Fils pour obtenir sa guérison, afin de continuer à travailler pour soutenir ses parents âgés.

La Vierge Marie répond à cette lettre par quinze apparitions, de février à décembre 1876, au cours desquelles elle éduque Estelle à la sainteté et lui délivre un message de miséricorde : « Je suis toute miséricordieuse  et maîtresse de mon Fils », « Je t’ai choisie, je choisis les petits et les faibles pour ma gloire ». Elle lui confie le scapulaire du Sacré-Cœur. Le 19 février 1876, Estelle est entièrement guérie.

Dès 1877, l’archevêque de Bourges, Mgr de La Tour d'Auvergne-Lauraguais, autorise le culte public à Notre-Dame de Pellevoisin et la chambre d’Estelle est transformée en chapelle.

Estelle Faguette est reçue par le pape Léon XIII le 30 janvier et les 17 et 18 février 1900.

 

Le pape autorise la congrégation des rites à examiner l'usage universel du scapulaire. Celle-ci donne une réponse favorable le 4 avril suivant. Le 22 décembre 1922, la congrégation des rites autorise une messe votive chaque 9 septembre à l'église du village et à la chapelle des apparitions dans le sanctuaire. Mgr Vignancourt, archevêque de Bourges, reconnaît la guérison miraculeuse d'Estelle Faguette en 1983.

Estelle Faguette est morte à l'âge de 85 ans et repose dans le cimetière de Pellevoisin. Sur sa tombe, deux mots : «Sois simple»